Color Of The Book

23 mai 2017

Jane Eyre - Charlotte Bronte (Essentiel #1)

112581689

Ayant changé de blog car le précédent n'était plus à mon goût, j'ai décidé de reprendre les anciens articles que j'ai écris afin de pouvoir garder sur ce blog les traces de mes chroniques précédentes, surtout celles me tenant à coeur. Pour commencer j'ai décidé de recycler l'artricle d'un de mes livres préférés, Jane Eyre.

 

Voilà un nouvel article qui s'intitulera: "mes essentiels", dedans je vous parlerais des 5 livres (ou plus avec le temps) qui ont véritablement marqués mes goûts littéraires. En lien avec la catégorie coup de coeur, ses essentiels me permettront de parler de ce qu'on appel : mes livres préférés.

Celui que je vais vous présenter fait partie des livres que je prends sans hésiter sur une île déserte.


Jane Eyre. Je l'ai lu il y a maintenant cinq ans et même s'il est difficile pour moi de trouver du temps pour le relire, j'aime toujours regarder ses adaptations et me replonger dans l'univers de Charlotte Brontë.
Au départ je l'ai acheté car cela faisait un bon bout de temps que je n'avais pas lu un classique. C'est sans convictions que j'ai acheté Jane Eyre et les Hauts de Hurlevent d'Emilie Brontë. J'avais beaucoup entendu parler de ce dernier et je préférais le garder pour plus tard. J'ai donc commencé la "brique" qu'est Jane Eyre afin d'en finir avec ce roman et de commencer celui de sa sœur. Ce fut une grande surprise, tout d'abord par ce que j'ai littéralement dévoré ce livre et ensuite par ce que je n'ai vraiment pas aimé les Hauts de Hurlevent.

Jane Eyre c'est vraiment le livre qui une fois qu'on la fini on veut le relire encore et encore. C'est exactement l'effet qu'il a produit sur moi. J'ai pleuré, rit et me suis questionnée à travers ce petit bout de femme aux aventures incroyables et à la force de caractère étonnante.
Car Jane Eyre c'est pour moi l'incarnation de la femme moderne. Vertueuse du début à la fin,ce qui est éloquent chez Jane ce sont ces valeurs si chères à ses yeux.
Elle surprend par des réflexions justes sur la condition de la femme et sur son rôle dans la société.
Alors bien sûr, elle n'est ni libérée, ni sauvage mais elle est pour moi, parfaitement juste et en accord avec elle même.
Au fil de la lecture on se rend bien compte qu'on assite a une jeune femme devenant de plus en plus indépendante, prenant sa vie en main évoluant dans une société pas toujours tendre.
Car Jane Eyre est un roman d'apprentissage suivant l'héroine de son enfance à sa vie d'adulte.
Les personnages gravitant autour d'elle renforce son personnage et sa place dans le roman ainsi qu'un certain feminisme ambiant. Même M. Rochester (personnellement l'homme le plus sexy de la littérature, bon peut-être après Jamie Fraser) finira par se faire happer par la jeune Jane et à devoir être sincère avec elle. 

La plume de Charlotte Bronte est incroyable et nous guide à travers les pages tels une partition de musique. Dès que l'on pense que l'histoire va ralentir, un nouveau rebondissement nous tient en haleine et on ne peut faire autrement que souhaiter à Jane qu'elle s'en sorte.

Résumé :

D’où vient que nous revenions toujours à Jane Eyre avec le même attrait ? Avec le sentiment d’y trouver le romanesque porté à un degré de perfection ? Sans doute, le roman offre un concentré de ce que le genre peut offrir : l’histoire d’une formation, l’affrontement d’un être solitaire avec sa destinée, la passion, la peur, le mystère. Il répond à ce qu’attendait Stevenson de toute fiction digne de ce nom : la lecture en est absorbante et voluptueuse. Absorbante, son intrigue habilement machinée tient en haleine le lecteur au point que l’éditeur, dit-on, lorsqu’il reçut le manuscrit, ne put en interrompre la lecture. Voluptueuse aussi, cette « romance » qui noue inextricablement la passion et la peur. On dirait presque que Stevenson pense à Jane Eyre lorsqu’il évoque (dans l’essai consacré à l’art de la fiction) le souvenir envoûtant d’un livre qu’il a lu dans l’enfance : « il était question, nous dit-il, d’une haute et sombre demeure, la nuit, et de gens montant à tâtons un escalier seulement éclairé par une lumière venant de la porte ouverte d’une chambre ». Dès sa parution, en 1847, le roman a connu un immense succès. Même la reine Victoria le mentionne plusieurs fois dans ses notes de lectures L’excès est au coeur de la poétique du roman. Il opère une synthèse entre une forme de réalisme sombre, à la Dickens, le christianisme, son sens du mal, ses grands symboles, et le romantisme, héritier du courant gothique, cette « exploration littéraire des avenues de la mort » . Le personnage de Rochester est au carrefour de toutes ces influences : figure complexe de Satan, de Don Juan, de pécheur. La plus grande réussite de Charlotte Brontë est probablement d’avoir tiré d’elle-même, de cette soif qui « apprend l’eau », selon le mot d’Emily Dickinson, cette inoubliable figure de cavalier sombre, de maître hautain - ce parfait Adam. - Jane Eyre Poche 2012.

Image : adaptation sortie en 2012 avec Michael Fassbender & Mia Wasikowska de Cary Fukunaga.

112581665

Posté par Colorofthebook à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


21 mai 2017

Gardiens des Cités Perdues - Shannon Messenger Tome 1

 

Gardiens-des-cités-perdues-01

 

 

Shannon Messenger 
517 pages 
Lumen 

Résumé :

Sophie sait qu'elle n'est pas comme tout le monde : depuis toujours, elle entend les pensées des gens autour d'elle. Un matin, un étrange garçon l'aborde et lui apprend qu'elle n'est pas humaine. Elle doit rejoindre l'univers qu'elle a quitté douze ans plus tôt. 
De retour parmi les siens, une question l'obsède : pourquoi l'a-t-on cachée si longtemps dans le monde des humains ?

Mon Avis

Voici le premier tome des Gardiens des Cités Perdues et même si je n'ai pas eu un coup de coeur, force est de constater que l'autrice à une imagination débordante. J'ai beaucoup aprécié le fait que des espèces disparues prennent vies et que certains mythes bien connus soient mis en lumière.
Cependant ce qu'il m'a manqué dans ce livre c'est l'attachement aux personnages. Sophie n'est pas assez complexe à mes yeux, je dirais même qu'elle est plutôt fade. Quant aux autres protagonistes ils ne font que graviter autour de Sophie et sont parfois trop vite desservi au profit de l'héroine. J'étais assez perplexe quant à leur envie d'être tous amis avec elle. 
L'autre point négatif est la rapidité avec laquelle l'histoire démarre. Finalement on a à peine le temps de comprendre où l'on est, où l'on va, qui est Sophie qu'on se retrouve déjà plongé dans l'univers si particuliers de ce livre. J'avoue reprocher parfois des lenteurs dans les livres mais sur ce coup là je trouve que Shannon Messenger a été un peu trop vite.

Pourtant je n'ai pas voulu lacher ce livre, et je dois bien admettre que c'est vers la fin que j'ai accroché à l'histoire et au sort des personnages. 

Même si je ne pense pas continuer la saga, je peux déjà dire quer ce livre est brillant par son originalité. Une lecture fraîhe qui permet de passer un bon moment sans pour autant être la révélation que j'aurais voulu.  

 

 

Posté par Colorofthebook à 19:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2017

Outlander Tomes 1,2,3 - Diana Gabaldon

18558891_526211797768668_4294488845634111961_o (1)

Voilà un article qui me tient beaucoup à cœur et qui me travaille depuis un moment déjà, il s'agit d'un "bilan" des trois premiers tomes d'Outlander. Actuellement dans la lecture du cinquième une chronique sur les tomes 4, 5,6 devrait également arrivée. Pardonnez-moi d'avance pour la longueur de cet article et n'hésitez pas à me laisser des commentaires si vous jugez cela trop dense, ou mal synthétisé. Merci & bonne lecture.

 

Si vous aimez les livres, les séries télé ou que vous avez Netflix vous n'avez pas pu passer à côté du phénomène Outlander (ah moins que vous ne vivez dans une grotte dans un pays nordique).
Outlander c'est un peu cette saga qu'on a vu et revu sur les présentoirs des libraires, curieux voir parfois agacé. Au bout d'un moment et par ce que mon amour pour l'Ecosse a été plus fort que tout je m'y suis plongée et le moins que l'on puisse dire c'est que plus rien ne m'a arrêté.
Petite j'avais une saga (attention roulement de tambours....) Harry Potter, et oui comme tous les enfants de mon âge je dévorais les romans de JK Rowling et étais fascinée par l'univers qu'elle a construit. Au fond de moi, je me suis toujours demandé si je vivrais ça une fois adulte, il a suffi que je lise les premières pages du roman de Diana Gabaldon pour comprendre que quelque chose de magique se produisait.


Résumé du Tome 1 :

1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s'efforce d'oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d'une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d'en découvrir la raison : en s'approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d'un champ de bataille.

Le menhir l'a menée tout droit en l'an de grâce 1743, au coeur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d'autrefois ?

Avis sur le Tome 1 :

Diana Gabaldon donne le ton dès le début, on se retrouve directement plongé dans les Highlands en faisant la connaissance de Claire et de son mari Frank. La seconde guerre mondiale vient de se terminer et le couple décide de passer sa lune de miel dans cette Ecosse mystérieuse.
A première vue, on pourrait penser que c'est un peu tiré par les cheveux. Passer de 1945 à 1743 en deux temps trois mouvements en passant à travers des menhirs... Même le moins sceptique pourrait s'y perdre. Mais c'était sans compter sur le génie de l'autrice qui réussit par sa plume à nous faire croire à cette histoire. Le début est lentement amené, il permet de créer une logique et une suite d'évènements fluides.
La transition entre les deux mondes est bien amenée et à partir de là je me suis laissée embarqué dans cette univers.

Mais la question principale qui me taraudait était de savoir comment l'autrice allait m'embarquer pendant plus de 800 pages et une suite de série qui ne fait qu'augmenter (pour exemple, le tome 5 fait plus de 1500 pages...). Encore une fois, la plume facile à lire, fluide, sans lourdeur réussit à nous faire finir ce livre sans même que l'on s'en aperçoive. Un coup de maître.

Peut-être aussi que me lecture a été facilité par mon goût prononcé pour l'Ecosse, les paysages, l'histoire, Gabaldon dépeint une Ecosse ancienne avec ses traditions et sa beauté. Par ce roman, on en apprend plus sur l'histoire de ce pays magique qui recèle de secrets.
Le plus pour moi a été le peu de descriptions qu'elle en faisait, cela m'évitait d'avoir une sensation lourde et lente dans le récit. J'ai aimé visualisé ce que je connaissais quitte à parfois laisser mon esprit imaginé "mon" Ecosse, celle qui n'existe que dans ma tête.
Je pense également que le contexte historique qu'a amené l'autrice permet une réelle plus-value au roman et permet d'affirmer son côté réel, on y croit, on est plongé dans ce que vit Claire, on en oublie les menhirs et en plus on apprend des moments de l'histoire.

Pour ce qui est des personnages, j'ai évidemment eu un coup de cœur pour le couple Claire/ Jamie si attachants. Claire est une des ses femmes que j'aime beaucoup en littérature, forte, intelligente, indépendante au caractère bien trempé. Bien qu'elle puisse paraitre agaçante par moment, elle incarne la modernité aussi bien en 1743 qu'en 1945.
Pour Jamie, bien sûr personnage incontournable qui peut faire tourner les têtes (arrivant même à détrôner M. Rochester de Jane Eyre dans ma tête) c'est un caractère si tout aussi complexe que Claire, bien plus difficile à suivre. On peut se prendre de pitié pour lui (sentiment qui me dérange souvent pour un personnage), comme être en admiration devant sa force et son courage. Pourtant parfois durant la lecture il va être difficile d'acquiescer dans son sens.
Ce que j'aime le plus chez Jamie ce sont ses valeurs, son intrépidité face à la défense de ce qui lui tient à cœur. Et quand le couple se forme une nouvelle intrigue naît, celle de cette relation si particulière.
Pour ce qui est des autres personnages, tous sont intéressants et bien que certains soient à peine dépeints, ils sont touchants et sont lus avec plaisirs.
J'ai eu un coup de cœur tout particulier pour Geillis Duncan qui me fascine.
Quant au personnage de John Randall je ne peux que saluer l'esprit tordu (?) de l'autrice. Peut-être parfois trop sombre il est sans conteste un pilier de l'intrigue.
Seul regret le personnage de Frank qui à mes yeux est fort peu décrit malgré les capacités de ce personnage à être important.

 L'intrigue et les évènements de ce tome 1, s'enchaînes et nous tiendront en haleine pendant tout le récit, mais c'est surtout l'attachement que l'on créée avec les personnages qui permettent un tel attachement. Car il faut bien reconnaître que bien que le livre soit épais, c'est bien les relations entre les personnages et leur évolution qui à mon sens résonne dans ce roman. Le côté historique permet quant à lui de poser le cadre et d'avoir un contexte très intéressant à dépeindre.

Résumé du Tome 2 :

1968. À la mort de son mari, Claire Beauchamp emmène sa fille en Écosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d'extraordinaires aventures...

Des aventures qui, dans ce second tome, vont conduire Claire et Jamie dans le Paris du siècle des Lumières. Leur but ? Empêcher Charles-Eduard Stuart d'accéder au trône, un événement qui marquerait le début d'une répression sanglante dans les Highlands. Mais dans leur course effrénée, le couple découvrira à ses dépens qu'on ne peut modifier le cours de l'histoire impunément...

Avis sur le Tome 2 :

Maintenant que le plus gros a été dit, déblayé, j'irais à l'essentiel et pour éviter le plus possible les spoilers, j'éviterais de m'attarder sur certains sujets.

Tout d'abord, j'ai presque autant aimé ce tome que le précédent. J'ai été ravie de retrouvé les personnages et l'intrigue là où l'autrice m'avait laissé.
Le fait que le contexte - du moins pour la première partie - change de géographie m'a un peu dérouté, bien que j'adore le Paris du siècle des Lumières, j'avoue que l'Ecosse me manquait. Mais une fois le cadre bien posé j'étais ravie de m'embarquer à nouveau dans l'histoire.
Je pense que ce livre est bien plus politique. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il est moins léger, car quand on a lu le tome 1, on comprend bien vite que léger ne va pas de pair avec cette histoire.
Certains peuvent être découragés par cet amoncellement de faits politiques.
En revanche il est assez fascinant de découvrir la facilité avec laquelle Diana Gabaldon nous fait voyager tout en prenant en compte la dynamique de chaque pays.

A noter que de nouveaux personnages arrive dans ce tome et permettent d'amener un vent de fraîcheur au récit, bien que je ne fusse pas particulièrement touchée par la fille de Claire, Briana.

Au final, un second tome tout aussi addictif que le premier. 


Résumé du Tome 3 :

 Vingt années se sont écoulées depuis le périple de Claire Beauchamp-Randall dans l'Ecosse du XVIIe siècle. Si l'infirmière britannique a refait sa vie depuis, le souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses vécues ensemble reste intact. Aussi, lorsqu'elle apprend qu'il a survécu à la sanglante bataille de Culloden ayant marqué la défaite de l'armée écossaise, elle se trouve confrontée à un terrible dilemme. En remontant une nouvelle fois le temps, retrouvera-t-elle celui qu'elle a quitté deux décennies auparavant ? Fuite, tempêtes, intrigues politiques et prophéties étranges : la suite d'une série incontournable !

Avis sur le Tome 3 :

 Je ne vais pas vous étonné et peut-être même vous lasser en disant que j'ai bien aimé ce tome (quelle surprise !). Cependant, le tome 3 ne m'aura pas autant accroché que les deux tomes précédents. Je ne dirais pas que la saga s'essouffle et que je n'aime plus. Mais je dois bien reconnaitre qu'entre le tome 1 et le tome 3 il y a une différence très nette quant à l'attrait. Cela ne me déplaît pas et le tome 4 d'ailleurs continuera sur cette lancée (j'en parlerais dans un autre article). 
Mais ce que j'aime particulièrement avec Outlander c'est qu'à chaque fois que je commence un nouveau tome, je me sens bien, comme dans un cocon attendant patiemment de me replonger dans ce récit comme de vieux amis que je retrouverais et dont j'ai envie de connaître l'histoire.

Ce qui est très intéressant dans Outlander, c'est l'évolution des personnages et comme je le disais dans l'avis du tome 1, ce sont les personnages qui sont à mes yeux essentiels au roman.

Comme les tomes précédents celui-ci comporte encore de nombreux rebondissements et nous tient en haleine.

18556537_526211887768659_5885162892165285319_o (1)

Avis général de la trilogie :

Que dire de plus ... Magistral, Diana Gabaldon nous tiens en haleine, nous rend addictif à une série qui aurait pu bien vite s'essouffler.
Même si j'ai une préférence pour le tome 1 & 2 et que les tomes à suivre (3 & 4 pour le moment) ne surpassent pas les premiers tomes, c'est un coup de cœur général pour la série dans son entièreté. Comment après autant de pages on peut maintenir et garder ses lecteurs ? Comment peut-on toujours réussir à surprendre avec autant de passion ? Diana Gabaldon a le talent certain de ceux qui crée une grande saga.

Sur ce, je vous laisse, je replonge dans le tome 5 avec impatience,

Je vous souhaite de belles lectures qu'elles soient avec ou sans Kilt,

 

113917471_to_resize_150x3000

 

Posté par Colorofthebook à 19:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 mai 2017

La Terre des Mensonges - Anne B Ragde

51C+X6H9NEL

Anne B Ragde
352 pages
10X18

Résumé : 

Quelques jours avant Noël, en Norvège, dans une ferme délabrée de Trondheim, la tyrannique Anna Neshov se meurt. Ses trois fils, leur père, ombre fantomatique et Torunn, l'unique petite-fille, se retrouvent alors pour la première fois pour une confrontation explosive où éclateront les drames secrets dont sont tissées leurs vies...

" C'est tellement authentique, tellement brûlant de vérité - avec une écriture qui a la puissance d'un brise-glace -, qu'Anne Ragde nous prend aux tripes. "
André Clavel, Lire

Traduit du norvégien
par Jean Renaud

 

Mon Avis : 

Je dois bien avouer que la Terre des Mensonges n'a pas été un coup de cœur pour moi. Pour être totalement honnête je n'ai accroché ni au cadre, ni à l'intrigue, ni à la famille. Et je pense que le véritable problème pour moi c'est la famille. Sur un livre comme celui-ci où les histoires de familles sont au centre, "ça passe ou ça casse" et pour moi rienn n'y a fait je n'arrivais pas à trouver ma place dans cet environnement.  
Car dans ce genre de livre le lecteur est comme invité, il est observateur....

Pour ce qui est du reste, j'ai trouvé le début à mon sens était très long, trop lent, il était difficile pour moi d'entrer dans l'intrigue. De plus, les personnages ne sont pas - à mes yeux- attachants. 

En revanche, ce qu'il faut bien reconnaître à Anne Ragde c'est son style, tranchant, dur, sans faux-semblants. Elle ne nous laisse pas insensible alors bien sûr cette déception sur cette saga familiale ne me désespère pas à relire un de ses livres. 

Bien que je n'ai dans l'ensemble pas aimé le roman, je vous invite à vous en faire votre propre opinion et qui sait, peut-être que vous odorerez !

Sur ce, je vous souhaite de très bonnes lectures.

 

Posté par Colorofthebook à 19:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 mai 2017

Book Haul Mai 2017

Voilà mes "petits" achats pour le moi de mai, après une longue panne de lecture je me réjouis d'à nouveau me plonger dans des univers littéraires. Même si il faut bien l'admettre le mois de mai à surtout rimé avec achats de livres que j’appellerais "conscients". Pas mal de livre sur l'écologie, sur des nouveaux modes de vies et sur une façon d'aller vers un monde meilleur tout en respectant cette merveilleuse planète.

Zéro Déchet - Béa Johnson

51GVrXyEutL


Après avoir décidé d'un tournant dans ma façon de consommer je me suis tout naturellement tourné vers ce livre. J'en ai lu beaucoup d'avis positif et j'avais hâte de pouvoir approfondir ce sujet et essayer de réduire mon emprunte écologique.

 

 

Chanson Douce - Leila Slimani

_chanson_douce____pourquoi_faut_il_absolument_lire_leila_slimani___5213

Bien que la chronique soit déjà en ligne sur ce blog c'est bien au mois de mai que j'ai fait acquisition de ce livre.

 

Les Outrepasseurs Tome 1 Les Héritiers - Cindy van Wilder

51kB3VP9bCL

Comme j'ai un petit ami formidable, j'ai reçu les Outrepasseurs. Cela faisait maintenant deux ans que je voulais le livre mais que je ne le trouvais dans aucunes librairies. Alors bien sûr j'aurais pu le commander, mais à chaque fois j'oubliais. Récemment je vois que l'autrice sort un quatrième volume et là bingo !  Je me dis qu'ils ont sûrement rentrés les précédents afin que des gens comme moi découvre cette saga. Alors du coup, merci la Fnac et merci à mon amoureux, je vais enfin pouvoir lire cette saga tant attendue !

 

 

En revanche, j'ai bien l'impression que ma PAL s'agrandira encore pour ce mois de mai étant donné que ce samedi juste en bas de ma rue aura lieu une foire du livre  ! J'espère y trouver de belles acquisitions pour pouvoir les partager avec vous.

Sur ce je vous souhaite une douce journée,

 

 

 

 

Posté par Colorofthebook à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 mai 2017

Chanson Douce de Leïla Slimani

_chanson_douce____pourquoi_faut_il_absolument_lire_leila_slimani___5213

Leïla Slimani
240 pages
Gallimard
18 août 2016

 

Résumé 

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame. A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Mon Avis 

Pour commencer, il s'agit du premier "prix Goncourt" que je lis, pour une fois le gagnant me plaisait, l'histoire avait quelque chose de fascinant et j'avais hâte de le commencer. Aussitôt acheté, aussitôt lu et à bien y réfléchir il m'a laissé un drôle de goût.
Dès le départ, l'auteur nous mets dans le ton, on sait directement ce qu'il va se passer et c'est dans cette atmosphère tendue que le livre commence. De là l'intrigue va se fonder sur la psychologie des personnages bien plus que sur l'histoire.
Tous les membres y passent, les parents, les enfants, la nounou, les personnages gravitant autour de cette famille. Une question nous brûle les lèvres, pourquoi, on veut savoir et la maîtrise de l'auteur nous happe, envoûté par le roman, on ne s'arrête plus de lire afin de savoir.
Balancer entre moments malsains et moment de calme, entre interrogation et gênes on attend. Et là est peut-être ma déception, attendre. Car en refermant ce livre un goût de trop peu m'est resté. J'avais comme l'impression d'avoir trop attendu de ce livre dès le départ et que l'auteur m'a mis un grand stop.

Alors bien sûr le livre est magnifiquement écrit, mais les personnages ne sont pas attachants, ni les parents, surtout le père que je trouve très absent et peu aboutit. Evidemment le personnage principal est Louise, la nounou et sa psychologie complexe est très bien retranscrite mais je n'ai pas ressentis ce basculement, cette montée d'angoisse. Et quand on se dit que la mère Myriam a du mal avec cette nounou vient alors l'idée d'incohérence. Pourquoi l'a-t-elle gardé ?

En conclusion ce n'est pas une déception et je découvre en Leila Slimani une très jolie plume mais un goût de trop peu.

Posté par Colorofthebook à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Se bercer de lectures

quokka

 

Aloha,

 

J'ai décidé de recommencer à zéro, un nouveau blog qui me ressemble plus, qui sera je l'espère plus authentique mais toujours avec cette envie de faire partager une passion, celle de la lecture.
Cet état magique qui permet de voyager confortablement chez soi, dans les transports, dans le bain à vrai dire un peu partout.
Cette attitude qui ouvre mon esprit à une liberté sans frontière.
Et c'est avec vous que j'aimerais partager ces trésors, ces lectures qui bouleversent, qui amusent mais celles aussi qui déçoivent.

Je m'appelle Alexandra et j'ai 25 ans, mon animal totem est le quokka, je suis passionnée de lecture depuis l'enfance (bien que je sois la dernière de la classe à avoir su lire, comme quoi...). J'ai été bercé par les paroles de ma mère me lisant des histoires pour m'endormir et puis en grandissant je suis restée coincé dans ce monde fascinant.

Au-delà de la lecture beaucoup d'autres sujets me fascinent et me révoltent. Je soutiens la cause animale et le respect de chaque être humain (normal non ?), la nature est à mes yeux une grande source de joie. Je suis végétarienne et pourrais parler des heures de l'écologie et des nouvelles manières de lutter contre la pollution.

J'aime croire que jamais on ne devient tout à fait adulte, j'aime également les longues balades dans la nature, voyager (même si ce n'est jamais très loin).
Les choses simples, comme passer du temps avec ma famille et mes amis, le thé, découvrir de nouvelles recettes, pratiquer le yoga, la méditation & le pilates, m'émerveiller de la beauté du monde.  Ma saison préférée est l'automne car un parfum magique s'y dégage, une vie encore bien présente qui va s'éteindre dans le plus grand silence.
Accroc à Netflix et aux Disney je pourrais passer des heures à les regarder accompagnée d'une bonne tasse de thé. Car oui, le thé pour moi c'est sacré.

Et puis il y a mes chats que j'aime d'amour et le cercle formidable de personnes qui m'entourent.

 

Mais le principal est de vivre en se sentant libre d'être qui on veut, rire aux éclats comme un enfant et ne jamais s'arrêter de rêver.

 

 

 

Posté par Colorofthebook à 10:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :