18558891_526211797768668_4294488845634111961_o (1)

Voilà un article qui me tient beaucoup à cœur et qui me travaille depuis un moment déjà, il s'agit d'un "bilan" des trois premiers tomes d'Outlander. Actuellement dans la lecture du cinquième une chronique sur les tomes 4, 5,6 devrait également arrivée. Pardonnez-moi d'avance pour la longueur de cet article et n'hésitez pas à me laisser des commentaires si vous jugez cela trop dense, ou mal synthétisé. Merci & bonne lecture.

 

Si vous aimez les livres, les séries télé ou que vous avez Netflix vous n'avez pas pu passer à côté du phénomène Outlander (ah moins que vous ne vivez dans une grotte dans un pays nordique).
Outlander c'est un peu cette saga qu'on a vu et revu sur les présentoirs des libraires, curieux voir parfois agacé. Au bout d'un moment et par ce que mon amour pour l'Ecosse a été plus fort que tout je m'y suis plongée et le moins que l'on puisse dire c'est que plus rien ne m'a arrêté.
Petite j'avais une saga (attention roulement de tambours....) Harry Potter, et oui comme tous les enfants de mon âge je dévorais les romans de JK Rowling et étais fascinée par l'univers qu'elle a construit. Au fond de moi, je me suis toujours demandé si je vivrais ça une fois adulte, il a suffi que je lise les premières pages du roman de Diana Gabaldon pour comprendre que quelque chose de magique se produisait.


Résumé du Tome 1 :

1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s'efforce d'oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d'une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d'en découvrir la raison : en s'approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d'un champ de bataille.

Le menhir l'a menée tout droit en l'an de grâce 1743, au coeur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d'autrefois ?

Avis sur le Tome 1 :

Diana Gabaldon donne le ton dès le début, on se retrouve directement plongé dans les Highlands en faisant la connaissance de Claire et de son mari Frank. La seconde guerre mondiale vient de se terminer et le couple décide de passer sa lune de miel dans cette Ecosse mystérieuse.
A première vue, on pourrait penser que c'est un peu tiré par les cheveux. Passer de 1945 à 1743 en deux temps trois mouvements en passant à travers des menhirs... Même le moins sceptique pourrait s'y perdre. Mais c'était sans compter sur le génie de l'autrice qui réussit par sa plume à nous faire croire à cette histoire. Le début est lentement amené, il permet de créer une logique et une suite d'évènements fluides.
La transition entre les deux mondes est bien amenée et à partir de là je me suis laissée embarqué dans cette univers.

Mais la question principale qui me taraudait était de savoir comment l'autrice allait m'embarquer pendant plus de 800 pages et une suite de série qui ne fait qu'augmenter (pour exemple, le tome 5 fait plus de 1500 pages...). Encore une fois, la plume facile à lire, fluide, sans lourdeur réussit à nous faire finir ce livre sans même que l'on s'en aperçoive. Un coup de maître.

Peut-être aussi que me lecture a été facilité par mon goût prononcé pour l'Ecosse, les paysages, l'histoire, Gabaldon dépeint une Ecosse ancienne avec ses traditions et sa beauté. Par ce roman, on en apprend plus sur l'histoire de ce pays magique qui recèle de secrets.
Le plus pour moi a été le peu de descriptions qu'elle en faisait, cela m'évitait d'avoir une sensation lourde et lente dans le récit. J'ai aimé visualisé ce que je connaissais quitte à parfois laisser mon esprit imaginé "mon" Ecosse, celle qui n'existe que dans ma tête.
Je pense également que le contexte historique qu'a amené l'autrice permet une réelle plus-value au roman et permet d'affirmer son côté réel, on y croit, on est plongé dans ce que vit Claire, on en oublie les menhirs et en plus on apprend des moments de l'histoire.

Pour ce qui est des personnages, j'ai évidemment eu un coup de cœur pour le couple Claire/ Jamie si attachants. Claire est une des ses femmes que j'aime beaucoup en littérature, forte, intelligente, indépendante au caractère bien trempé. Bien qu'elle puisse paraitre agaçante par moment, elle incarne la modernité aussi bien en 1743 qu'en 1945.
Pour Jamie, bien sûr personnage incontournable qui peut faire tourner les têtes (arrivant même à détrôner M. Rochester de Jane Eyre dans ma tête) c'est un caractère si tout aussi complexe que Claire, bien plus difficile à suivre. On peut se prendre de pitié pour lui (sentiment qui me dérange souvent pour un personnage), comme être en admiration devant sa force et son courage. Pourtant parfois durant la lecture il va être difficile d'acquiescer dans son sens.
Ce que j'aime le plus chez Jamie ce sont ses valeurs, son intrépidité face à la défense de ce qui lui tient à cœur. Et quand le couple se forme une nouvelle intrigue naît, celle de cette relation si particulière.
Pour ce qui est des autres personnages, tous sont intéressants et bien que certains soient à peine dépeints, ils sont touchants et sont lus avec plaisirs.
J'ai eu un coup de cœur tout particulier pour Geillis Duncan qui me fascine.
Quant au personnage de John Randall je ne peux que saluer l'esprit tordu (?) de l'autrice. Peut-être parfois trop sombre il est sans conteste un pilier de l'intrigue.
Seul regret le personnage de Frank qui à mes yeux est fort peu décrit malgré les capacités de ce personnage à être important.

 L'intrigue et les évènements de ce tome 1, s'enchaînes et nous tiendront en haleine pendant tout le récit, mais c'est surtout l'attachement que l'on créée avec les personnages qui permettent un tel attachement. Car il faut bien reconnaître que bien que le livre soit épais, c'est bien les relations entre les personnages et leur évolution qui à mon sens résonne dans ce roman. Le côté historique permet quant à lui de poser le cadre et d'avoir un contexte très intéressant à dépeindre.

Résumé du Tome 2 :

1968. À la mort de son mari, Claire Beauchamp emmène sa fille en Écosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d'extraordinaires aventures...

Des aventures qui, dans ce second tome, vont conduire Claire et Jamie dans le Paris du siècle des Lumières. Leur but ? Empêcher Charles-Eduard Stuart d'accéder au trône, un événement qui marquerait le début d'une répression sanglante dans les Highlands. Mais dans leur course effrénée, le couple découvrira à ses dépens qu'on ne peut modifier le cours de l'histoire impunément...

Avis sur le Tome 2 :

Maintenant que le plus gros a été dit, déblayé, j'irais à l'essentiel et pour éviter le plus possible les spoilers, j'éviterais de m'attarder sur certains sujets.

Tout d'abord, j'ai presque autant aimé ce tome que le précédent. J'ai été ravie de retrouvé les personnages et l'intrigue là où l'autrice m'avait laissé.
Le fait que le contexte - du moins pour la première partie - change de géographie m'a un peu dérouté, bien que j'adore le Paris du siècle des Lumières, j'avoue que l'Ecosse me manquait. Mais une fois le cadre bien posé j'étais ravie de m'embarquer à nouveau dans l'histoire.
Je pense que ce livre est bien plus politique. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il est moins léger, car quand on a lu le tome 1, on comprend bien vite que léger ne va pas de pair avec cette histoire.
Certains peuvent être découragés par cet amoncellement de faits politiques.
En revanche il est assez fascinant de découvrir la facilité avec laquelle Diana Gabaldon nous fait voyager tout en prenant en compte la dynamique de chaque pays.

A noter que de nouveaux personnages arrive dans ce tome et permettent d'amener un vent de fraîcheur au récit, bien que je ne fusse pas particulièrement touchée par la fille de Claire, Briana.

Au final, un second tome tout aussi addictif que le premier. 


Résumé du Tome 3 :

 Vingt années se sont écoulées depuis le périple de Claire Beauchamp-Randall dans l'Ecosse du XVIIe siècle. Si l'infirmière britannique a refait sa vie depuis, le souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses vécues ensemble reste intact. Aussi, lorsqu'elle apprend qu'il a survécu à la sanglante bataille de Culloden ayant marqué la défaite de l'armée écossaise, elle se trouve confrontée à un terrible dilemme. En remontant une nouvelle fois le temps, retrouvera-t-elle celui qu'elle a quitté deux décennies auparavant ? Fuite, tempêtes, intrigues politiques et prophéties étranges : la suite d'une série incontournable !

Avis sur le Tome 3 :

 Je ne vais pas vous étonné et peut-être même vous lasser en disant que j'ai bien aimé ce tome (quelle surprise !). Cependant, le tome 3 ne m'aura pas autant accroché que les deux tomes précédents. Je ne dirais pas que la saga s'essouffle et que je n'aime plus. Mais je dois bien reconnaitre qu'entre le tome 1 et le tome 3 il y a une différence très nette quant à l'attrait. Cela ne me déplaît pas et le tome 4 d'ailleurs continuera sur cette lancée (j'en parlerais dans un autre article). 
Mais ce que j'aime particulièrement avec Outlander c'est qu'à chaque fois que je commence un nouveau tome, je me sens bien, comme dans un cocon attendant patiemment de me replonger dans ce récit comme de vieux amis que je retrouverais et dont j'ai envie de connaître l'histoire.

Ce qui est très intéressant dans Outlander, c'est l'évolution des personnages et comme je le disais dans l'avis du tome 1, ce sont les personnages qui sont à mes yeux essentiels au roman.

Comme les tomes précédents celui-ci comporte encore de nombreux rebondissements et nous tient en haleine.

18556537_526211887768659_5885162892165285319_o (1)

Avis général de la trilogie :

Que dire de plus ... Magistral, Diana Gabaldon nous tiens en haleine, nous rend addictif à une série qui aurait pu bien vite s'essouffler.
Même si j'ai une préférence pour le tome 1 & 2 et que les tomes à suivre (3 & 4 pour le moment) ne surpassent pas les premiers tomes, c'est un coup de cœur général pour la série dans son entièreté. Comment après autant de pages on peut maintenir et garder ses lecteurs ? Comment peut-on toujours réussir à surprendre avec autant de passion ? Diana Gabaldon a le talent certain de ceux qui crée une grande saga.

Sur ce, je vous laisse, je replonge dans le tome 5 avec impatience,

Je vous souhaite de belles lectures qu'elles soient avec ou sans Kilt,

 

113917471_to_resize_150x3000