51QYWeCqRVL




Sabaa Tahir
528 pages
Pocket Jeunesse (15 octobre 2015)
978-2266254342

Résumé :

"Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l'école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t'écraserai."

Autrefois l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l'empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d'écrire s'expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté... et sauver ceux qu'ils aiment.

Mon avis :

Voilà ma lecture imposée du mois de mai que j'ai commencé à la hâte le 28 en réalisant que la fin du mois approchait à grand pas.
Je m'explique tous les mois je tire un papier au hasard contenant le nom d'un livre qui dors dans ma pal, de cette façon cela me permet de vider ou de repenser à des livres bien trop longtemps oubliés. Ce concept je l'ai pris de chez Margaud Liseuse.

Bien que je sois assez vite rentrée dedans, je dois avouer qu'au début je n'accrochais que modérément. Il me manquait quelque chose. Je n'arrivais pas à m'accrocher aux personnages et je commençais à m'ennuyer. Mais très vite, ça a pris. Rythmé par le passage de chapitre entre Elias et de Laia, les deux protagonistes, l'histoire nous interpelle et dès que Laia rentre à Blackcliff le récit - pour ma part - démarre.
Ce livre quand il est sortit, tout le monde n'en disait que du bien. Du coup je l'ai laissé dormir un peu (dans ma PAL depuis bientôt un an) afin de n'avoir aucune idée préconçue et surtout j'en avais assez des dystopies après Hunger Games, Divergente et tout la vague, ... Mais après cette lecture je comprends mieux l'engouement pour ce roman.


Pour moi sa réelle force ce sont les personnages. Tous sont réellement bien décrits. Quand je prends le personnage de Laia je me rends compte que c'est typiquement un personnage qui évolue (vite) et qui montre dès le départ ses faiblesses. Comme une sorte d'anti-héros, l'autrice nous livre ici une jeune fille de 17 ans tout ce qu'il y a de plus normal qui se retrouve dans un endroit glauque et sans âme. Elle n'est pas incroyable, n'a pas de super pouvoir, ne chasse pas comme une déesse, elle est juste normale et va se retrouver dans une mission qui l'a dépasse et où elle devra se surpasser.
Quand à Elias, il est très intéressant car il permet une vision à l'intérieur du système même. Les remises en questions, le doute sur la légitimité.
D'ailleurs ses remises en questions et son caractère entre ce qu'il est réellement et ce qu'il devrait être sont de très beaux passages à lire.
Ce roman est de loin très adulte malgré son publique adolescent (certaines scènes d'ailleurs font douter sur la tranche d'âge adolescente) car il permet une remise en question d'un système établi. Ce que j'ai beaucoup aimé car cela le rend très actuel. 
Les conflits entre les Érudits et les Martiaux, leurs positions, cette violence et ce dévouement ponctue le roman et lui donne une lourdeur qui nous permet de bien mieux comprendre et nous attacher aux personnages.
Le seul personnage où j’émets un hic, c'est la commandante tellement méchante qu'on dirait une caricature. Du coup j'ai moyennement accroché à son personnage car à mes yeux elle n'amène rien. J'aurais préféré un peu plus de nuance afin de pouvoir jouer avec ce personnage.

Je dois également avouer que ce livre a réussi à me faire tirer quelques larmes car certains moments sont très prenant.
Car Sabaa Tahir n'a pas sa plume dans sa poche. Certains passages sont violents surtout quand on est attaché aux personnages. D'ailleurs lisant un livre "jeunesse" je ne m'attendais pas à tant de scènes difficiles. Ce qui permet de plus surprendre le lecteur.

Pour le cadre de l'histoire, certains détails sont très bien mis en place et permettent d'amener de la poésie, comme une langue inventée ou même le décor imaginé pour ce livre. Tout est très bien pensé, permettant le beau dans un monde si violent.

Pour ma part, c'est presque un coup de cœur, j'aimerais lire la saga au complet avant de lui attribuer la "mention". Mais toujours est-il que Sabaa Tahir réussit à merveille à nous emmener dans son univers et à nous accrocher à ses personnages.